« SOS » en Europe pour d’importantes pénuries de légumes : Lesquels sont menacés

par Léo BOULANGER

La sonnette d’alarme est tirée agriculteurs qui cultivent légumes à l’adresse Europeainsi qu’en raison de la crise énergétique et le coûts sur engrais et transfertsil n’y a pas que ceux qui envisagent même d’abandonner leurs cultures.

Ο Emmanuel Lefebvre produit chaque année des milliers de tonnes pompes dans sa ferme à le nord de la Francemais cette année, elle sera probablement abandonnée en raison des coûts énergétiques excessifs nécessaires pour congeler les bulbes après la récolte.

Le long de la l’Europe du Nord et de l’Ouest les producteurs les producteurs de légumes envisagent de geler leurs activités en raison de l’impact économique de la crise de l’énergie en Europe, qui menace encore plus l’approvisionnement alimentaire.

Quels légumes sont menacés ?

L’augmentation des prix du gaz et de l’électricité aura un impact négatif sur les cultures produites pendant l’hiver dans des serres chauffées – telles que tomates, poivrons et concombres– et ceux qui ont besoin d’une chambre froide – comme pommes, oignons et endives.

Le site pompes nécessitent surtout de produire beaucoup d’énergie. Une fois les bulbes récoltés à l’automne, ils sont stockés à des températures négatives, puis replantés dans des conteneurs à température contrôlée pour permettre une production tout au long de l’année.

« Nous nous demandons vraiment si nous allons récolter ce qu’il y a dans les champs cet hiver », a déclaré Lefebvre à Reuters.

légumes Europe Reuters

Les agriculteurs européens mettent en garde contre les pénuries. L’impact attendu sur la production et la hausse des prix signifient que les supermarchés sont susceptibles de se tourner vers les approvisionnements en provenance de pays plus chauds comme Maroc, η Turquie, η Tunisie et le Égypte.

Lire aussi :  Italie : Le jour suivant - Comment l'extrême-droite va gouverner

Comme on dit, le gaz naturel est la plus grosse dépense que les producteurs de légumes de serre doivent affronter. Dans le même temps, deux agriculteurs français, lors du renouvellement de leurs contrats d’électricité pour 2023, déclarent on leur a demandé des montants plus de dix fois plus élevés qu’en 2021.

« Dans les semaines à venir, je vais faire mes plans pour la saison, mais je ne sais pas quoi faire », a déclaré le président de la Commission. Benjamin Simoneau-De Vosqui cultive concombres, tomates et fraises au sud de Paris.

« Si ça reste comme ça, ça ne sert à rien de continuer plus longtemps. Ce n’est pas viable », ajoute-t-il.

« Les producteurs se déplacent vers le Sud.

Les agriculteurs ne sont pas seulement confrontés à des problèmes liés à la hausse des prix de l’énergie. Le coût des engrais, de l’emballage et du transport de leurs produits augmente également.

« Nous sommes confrontés à une augmentation générale des coûts de production d’environ 30% »d’où la moitié ou les deux tiers sont destinés à l’énergieexplique Johannes Gross, directeur des ventes du consortium allemand Reichenau-Gemüse dont les serres couvrent environ 600 hectares.

« Certains collègues envisagent de laisser leurs serres vides pour maintenir les coûts au plus bas. Personne ne sait ce qui se passera l’année prochaine », note-t-il.

Le réseau de serres Glastuinbouw Nederland affirme qu’unejusqu’à 40 % de ses 3 000 membres sont dans une situation financière désespérée.

Même dans les pays ensoleillés comme l’Espagne, les producteurs de fruits et légumes sont confrontés à une augmentation de 25 % du coût des engrais.

Lire aussi :  L'UE demande un renforcement des restrictions en matière de visas pour les Russes

Ο Jack WardLe directeur de l’association des producteurs britanniques, M. K., estime que la production de fruits et légumes est appelée à se déplacer vers des climats plus chauds.

« Nous allons déplacer la production de plus en plus vers le sud, en Espagne, au Maroc et dans certaines régions d’Afrique », conclut M. Ward.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire