La Chine exprime son opposition à la prolifération nucléaire à l’occasion de l’anniversaire d’AUKUS

par Léo BOULANGER

Bien qu’une année se soit écoulée depuis l’annonce du partenariat américano-britannique visant à transférer la technologie des sous-marins nucléaires à l’Australie, les plans de projet, de production et de livraison n’ont pas encore été présentés.

Un an après que les États-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé leur décision de partager la technologie des sous-marins nucléaires avec l’Australie dans le cadre de la coopération en matière de sécurité appelée « AUKUS », les discussions sur la prolifération nucléaire se poursuivent.

Lors des réunions de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à Vienne cette semaine, la Chine a fait valoir que l’AUKUS conduirait à la prolifération nucléaire et a demandé à l’agence de ne pas soutenir l’accord.

Après que le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, a soumis son rapport aux États membres le 9 septembre, dans lequel il évalue les garanties nucléaires dans le cadre de l’accord, Pékin a exprimé des inquiétudes à propos de ce rapport.

Zhang Yun, représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies (ONU) et d’autres organisations internationales à Vienne, a critiqué le rapport de M. Grossi lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA de cette semaine, au motif qu’il cite de manière biaisée les déclarations des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie et qu’il ne tient pas compte des préoccupations des autres États membres en matière de prolifération nucléaire.

« L’AIEA, en tant qu’organisation créée pour empêcher la prolifération nucléaire, serait en violation de sa propre charte. »

Zhang Yun a fait valoir que Grossi a outrepassé son autorité dans son rapport et est parvenu à des conclusions trompeuses sur la question de savoir si l’AIEA a violé le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et a déclaré : « Le directeur général de l’AIEA ne devrait pas emprunter la mauvaise et dangereuse voie en soutenant le pacte d’armes nucléaires entre trois pays. L’AIEA, en tant qu’organisation créée pour empêcher la prolifération nucléaire, violerait sa propre charte et le TNP si elle soutenait les actions de prolifération des pays de l’AIEA. Ce comportement n’est ni conforme à la Charte ni légal.

Lire aussi :  Reine Élisabeth : un jeune garde de 18 ans qui participait à ses funérailles retrouvé mort à Hyde Park

Soulignant que le directeur général de l’AIEA ne peut ignorer la volonté des États membres, agir sans leur permission et s’engager dans des activités de prolifération nucléaire et à des fins militaires, Zhang Yun a déclaré : « L’AIEA ne peut être réduite à un outil politique utilisé par les pays de l’AIEA pour induire en erreur et ne peut ignorer les accords de garanties généralisées et le traité de non-prolifération nucléaire. »

Après que l’AIEA a mis l’accord à l’ordre du jour en juin, M. Grossi a contacté les représentants des pays de l’AUUS et des pourparlers techniques ont ensuite eu lieu entre les parties.

Dans une déclaration faite en début de semaine, M. Grossi a remercié les pays pour leur coopération et a souligné que l’AIEA agirait conformément au principe de non-prolifération nucléaire.

Bien que le contenu du rapport ne soit pas encore connu, on pense que les objections de la Chine comprennent des conclusions selon lesquelles l’accord est conforme aux règles de non-prolifération nucléaire.

Alors que les États-Unis et le Royaume-Uni font valoir que les réacteurs nucléaires fonctionnant à bord des sous-marins maintiennent scellées les matières nucléaires diluées et ne peuvent donc pas être utilisées pour produire des armes nucléaires, la Chine souligne que le problème n’est pas l’endroit où sont placées les matières nucléaires mais la manière dont elles sont disséminées.

Soulignant que le problème du contrôle, de la sécurité et de la prolifération nucléaires ne peut être résolu par la coopération entre les trois pays, les responsables chinois affirment que l’AIEA devrait intervenir dans l’accord et déclarer la violation du TNP.

Lire aussi :  La reine Elizabeth : Veillée en sa mémoire par les princes William et Harry (vidéo)

Le représentant permanent de la Chine a souligné que l’exclusion de la coopération en matière de sous-marins nucléaires prévue par l’accord AUUS des accords de garanties existants constituerait un mauvais exemple : « Si les trois pays prétendent informer l’AIEA de la coopération entre sous-marins nucléaires et utilisent l’Agence comme un cheval de Troie pour blanchir et bloquer les activités illicites de prolifération nucléaire, cela portera atteinte aux intérêts de l’Agence, des États membres et de la communauté internationale. »

Les dirigeants des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie ont annoncé le 16 septembre 2021 qu’ils allaient transférer la technologie des sous-marins nucléaires à l’Australie dans le cadre de l’accord AUKUS.

Bien que la Chine n’ait pas été mentionnée dans la déclaration, l’accent mis conjointement par les trois pays sur les « préoccupations croissantes en matière de sécurité régionale » a suscité des commentaires selon lesquels la coopération était un pacte visant à équilibrer la puissance militaire de Pékin dans la région.

La Chine s’était opposée à l’accord, soulignant que l’alliance nuirait à la paix et à la stabilité régionales ainsi qu’aux efforts internationaux contre la prolifération nucléaire.

Soulignant que les États-Unis et le Royaume-Uni transféreraient des matières nucléaires telles que des technologies et de l’uranium hautement enrichi à l’Australie, qui ne possède pas d’armes nucléaires, Pékin a déclaré que l’AIEA devrait superviser les transferts et que l’accord ne pourrait être mis en œuvre sans le consentement de tous les États membres.

Articles similaires

Lire aussi :  Ce que les Russes recherchent actuellement sur Google - "Comment me casser le bras".

Noter cet article

Laissez un commentaire