Erdogan : Non aux référendums – la Russie doit rendre tous les territoires à l’Ukraine

par Léo BOULANGER

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lundi que la Russie devait restituer à l’Ukraine tous les territoires qu’elle a occupés et a affirmé que les négociations, dont il a été le médiateur à plusieurs reprises, allaient dans ce sens, rapporte le New York Times.

« Les territoires envahis seront rendus à l’Ukraine« , a déclaré Erdogan dans une interview accordée à PBS NewsHour. Cependant, Erdogan s’est bien gardé de critiquer Vladimir Poutine pour la position du président russe sur la guerre, mais a tracé une ligne claire sur la restitution des territoires ukrainiens.

« Il faut s’y attendre », a déclaré Erdogan. « C’est ce que l’on attend. Poutine a pris certaines mesures. Nous avons pris certaines mesures. »

« Une invasion ne peut être justifiée« , a-t-il ajouté.

Dans le même temps, Nexta, un média d’opposition pro-ukrainien, a rapporté qu’Erdogan a déclaré que la Turquie ne reconnaîtrait jamais les résultats des référendums organisés dans les régions ukrainiennes contrôlées par les pro-russes.

{https://twitter.com/nexta_tv/status/1572284303463092224}

Erdogan s’est positionné comme un médiateur entre l’Ukraine et la Russie et a accueilli des pourparlers de paix préliminaires à Istanbul en mars, bien que ces pourparlers soient restés vagues. Dans cette interview, M. Erdogan a également laissé entendre que Moscou et Kiev pourraient être sur le point de conclure un accord sur l’échange de 200 « otages », ce qui constituerait l’un des plus importants échanges de prisonniers de la guerre de sept mois.

« Deux cents otages seraient échangés par accord entre les deux parties. Je pense que ce sera un grand pas en avant », a-t-il déclaré, sans donner plus de détails.

Lire aussi :  USA : une nouvelle loi pour composter les morts contre la crise climatique

Fin juin, l’Ukraine et la Russie ont convenu d’un échange de prisonniers dans le cadre duquel 144 Ukrainiens, pour la plupart des militants de l’usine sidérurgique Azovstal de Marioupol, ont été échangés.

La nouvelle d’un éventuel échange intervient peu après la rencontre entre Poutine et Erdogan, la semaine dernière à Samarkand, en Ouzbékistan, où ils ont discuté de la guerre. Erdogan a déclaré que la réunion lui a donné l’impression qu' »il est prêt à en finir le plus rapidement possible. »

ERDOGAN

« C’est un conflit qui a fait des victimes », a déclaré Erdogan. « Des gens meurent et personne ne gagnera à la fin de la journée. »

Erdogan : la Crimée doit aussi être rendue !

Erdogan a également exprimé son opposition à l’annexion de la Crimée !Il a déclaré avoir demandé à plusieurs reprises à Moscou de « rendre la Crimée à ses propriétaires légitimes », en vain.

Les relations entre les deux dirigeants sont devenues plus étroites ces dernières années et sont définies par des dynamiques de pouvoir fluctuantes et des intérêts mutuels. La Turquie s’est opposée à l’invasion russe de l’Ukraine, mais Erdogan a cherché à maintenir une relation étroite avec Poutine, cherchant à atténuer l’impact sur la Turquie de la guerre en Ukraine alors qu’il se dirige vers une année électorale où l’économie de son pays s’effondre.

Il a refusé d’appliquer les sanctions économiques occidentales contre l’industrie et l’économie russe en général et a négocié un accord pour autoriser les exportations de céréales depuis l’Ukraine. Les deux dirigeants se sont rencontrés à plusieurs reprises pour discuter du développement de leur coopération diplomatique et pour négocier dans le domaine de la coopération économique.

Lire aussi :  France : incendie d'installations nucléaires

Les commentaires d’Erdogan interviennent également après que des combats ont éclaté la semaine dernière à la frontière du Haut-Karabakh, une enclave au cœur d’un conflit de dix ans entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie – la Turquie soutenant l’Azerbaïdjan et la Russie étant intervenue pour sauver l’Arménie. Les affrontements meurtriers ont fait naître la perspective d’une perte d’influence de la Russie après que Moscou a déplacé une partie de ses troupes du Caucase du Sud vers l’Ukraine.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire