Plainte de l’UE auprès de l’ONU concernant la minorité grecque en Turquie

par Léo BOULANGER

Quelques heures après l’attaque de Tayyip Erdogan contre la Grèce, une plainte a été déposée par l’UE auprès de l’ONU contre la Turquie pour sa politique à l’encontre de l’Union européenne. Minorité grecque..

Les « politiques discriminatoires » appliquées par la Turquie à l’encontre de la minorité grecque, qui font qu’elle « est aujourd’hui en voie d’extinction », a dénoncé au nom de l’UE et de ses États membres le représentant spécial de l’UE pour l’Union européenne. Commissaire aux droits de l’homme Eamon Gilmore. Cette déclaration a été faite devant la 77e Assemblée générale des Nations unies et à l’occasion du 30e anniversaire de l’adoption de la Déclaration sur les droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques.

« L’UE regrette profondément les politiques passées les politiques discriminatoires appliquée par la Turquie, qui a eu pour conséquence que la minorité grecque est aujourd’hui au bord de l’extinction », a déclaré le fonctionnaire européen.

Dans ce contexte, il a indiqué que l’UE a réitéré son appel à la Turquie pour qu’elle protège les droits de l’homme, les libertés fondamentales et l’État de droit, y compris les droits de propriété des personnes appartenant à des minorités et des personnes morales appartenant à des minorités.

Il est rappelé que la question de la minorité grecque a été soulevée par le ministre des affaires étrangères Nikos Dendias de New York, en réponse aux allégations provocatrices et sans fondement formulées par le président turc contre la Grèce depuis l’Assemblée générale des Nations unies. « Il serait bon que la Turquie réponde à ce qui est arrivé à la minorité grecque d’Istanbul et comment la minorité autrefois florissante de plus de 100 000 personnes a aujourd’hui été réduite à moins de 5 000, ou comme on l’appelait autrefois, la Turquie n’a pas le droit de parler », avait souligné le ministre des Affaires étrangères.

Lire aussi :  Mega - Séisme de magnitude 7,4 au Mexique

Entre autres choses, Eamon Gilmore a noté que « les questions relatives aux minorités sont utilisées comme de faux prétextes pour justifier des guerres, comme ce fut le cas lors de l’attaque militaire non provoquée et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine. »

Lors de son discours, le représentant spécial de l’UE pour les droits de l’homme a également souligné que le 18 décembre marquera le 30e anniversaire de l’adoption par les États membres des Nations unies de la Déclaration sur les droits des personnes appartenant à des groupes nationaux ou ethniques, Minorités religieuses et linguistiques et a souligné que « la Déclaration reste une référence pour la promotion et la protection des droits des personnes appartenant aux minorités susmentionnées » et « fournit des orientations et fixe des normes, notamment en matière de non-discrimination, d’utilisation de la langue maternelle et de participation effective à la prise de décision ».

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire