Erdogan : La Turquie défendra jusqu’au bout ses droits dans la mer Égée

par Léo BOULANGER

Peu de temps après, la Grèce a été extrêmement attaquée par le président turc. Tayyip ErdoganDans un discours prononcé à l’ONU à New York, la Turquie a de nouveau proféré des menaces sur la mer Égée et la Méditerranée orientale.

« Si la Turquie défendra jusqu’au bout ses droits en mer Égée et en Méditerranée orientale, elle ne tombera pas dans le piège de ceux qui poursuivent une stratégie de la tension au nom de leur propre opportunisme politique. »

{https://twitter.com/trpresidency/status/1572288611869134849}

Auparavant, Tayyip Erdogan, depuis l’Assemblée générale des Nations unies, avait accusé la Grèce de crimes contre l’humanité. Le président turc, qui s’exprimait lors de l’assemblée annuelle de l’ONU, a montré des photos de nourrissons morts et a affirmé que c’était le résultat des rapatriements violents effectués par les garde-côtes grecs.

Erdogan a déclaré : « Nous ne voulons plus voir de bébés morts comme Ailan échouer sur nos côtes », a-t-il dit, allant jusqu’à affirmer que la semaine dernière, un bébé de 9 mois et un enfant de 4 ans sont morts parce que les garde-côtes grecs ont coulé leurs bateaux. En fait, après avoir montré les photos des enfants morts, il a appelé l’ONU à dire « stop » aux crimes contre l’humanité commis par la Grèce.

Erdogan, ONU, migrants, Grèce, enfants morts, photos d'enfants morts

« La Grèce commet des crimes contre l’humanité. Les Grecs torturent les réfugiés dans la mer Égée et en Méditerranée orientale. Nous ne voulons pas de cadavres d’enfants comme… Ailan qui s’échouent sur nos côtes. La Grèce transforme la mer Égée en cimetière. Deux jeunes enfants sont morts parce que les garde-côtes grecs ont coulé leur bateau. Il est temps que l’UE et les Nations unies mettent un terme à ces crimes, qui sont des crimes contre l’humanité », a déclaré le président turc.

« La Grèce est un membre de l’UE et elle procède à des refoulements dans les pays de l’UE. Égée de manière inhumaine et appliquent des politiques similaires à la minorité turque de Thrace, faisant fi de leurs obligations. Ce que nous voulons voir, c’est la Grèce faire ce qu’elle essaie de faire et demander à l’UE de ne pas fermer les yeux », a-t-il déclaré.

Lire aussi :  Brésil : Le triomphe de Lula - Il peut être élu président au premier tour

{https://youtu.be/QkYM6MdeFD0}

Erdogan : la Grèce est ridicule

Il a qualifié de « ridicule » la Grèce qui « cherche à faire étalage de sa puissance ». « Dans la mer Égée et en Méditerranée orientale, nous voulons que tout soit résolu sur la base des règles de bon voisinage et sur la base du bon voisinage. le droit international. Sur Méditerranée orientale le maintien de la paix dépend du respect des droits de toutes les parties.

Η Grèce de laisser de côté le défis et l’escalade et à répondre à nos appels à la solidarité et à la coopération. Nous pensons que le sommet euro-méditerranéen que nous avons proposé servira cet objectif. Ils n’ont jamais pris une mesure positive et cela montre qui veut la paix et la stabilité et qui veut provoquer et créer des conflits », a affirmé Erdogan.

« Nous défendrons nos droits dans la mer Égée et en Méditerranée orientale et ne succomberons pas aux politiques d’escalade menées par d’autres pays », a-t-il déclaré.

Il a demandé la reconnaissance de la « TCB Chypre ».

Erdogan a demandé à la communauté internationale de procéder à la reconnaissance des territoires occupés de Chypre « dès que possible ».

{https://twitter.com/trpresidency/status/1572291807194812416}

« Même dans le problème de Chypre, nous voulons une solution permanente et juste. Tout le monde doit accepter qu’il y a deux États et deux nations à Chypre et tout le monde doit respecter cela. Les Chypriotes turcs ont des droits égaux. Nous voudrions demander à la communauté internationale de mettre fin aux sanctions et à l’embargo et d’arrêter cette tyrannie. »

{https://youtu.be/eFj3AIZA-QU}

La guerre en Ukraine

Le président de la Turquie a appelé les Nations unies à trouver une issue « digne » pour toutes les parties à la guerre en Ukraine. « Ensemble, nous devons trouver une solution diplomatique raisonnable qui permettra aux deux parties de sortir dignement de la crise », a-t-il déclaré. « Nous continuerons à intensifier nos efforts pour mettre fin à la guerre sur la base de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de l’Ukraine. »

Lire aussi :  Rasmussen contre Macron : Sa diplomatie en Ukraine est désastreuse

{https://twitter.com/trpresidency/status/1572274420110196736}

« La guerre ne peut être surmontée », a-t-il déclaré, ajoutant : « Un processus de paix juste peut prévaloir. » Il a rappelé que par deux fois depuis le début de la guerre le 24 février, la Turquie a réussi à réunir les représentants de la Russie et de l’Ukraine à Antalya et à Istanbul. « J’appelle les organisations internationales et tous les pays à soutenir sincèrement les efforts de la Turquie. »

La réponse de Dendias à la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, a répondu.

Invité à commenter les propos du président turc, qui a montré des photos de bébés morts, affirmant qu’ils étaient le résultat de violentes poussées des garde-côtes grecs, Nikos Dendias a accusé la Turquie d’instrumentaliser la question migratoire. Il a souligné que la Turquie utilise de fausses preuves, auxquelles il est répondu depuis dix jours maintenant.

« Le pays qui menace directement de faire la guerre, le pays qui a émis un casus belli, qui conteste la souveraineté grecque sur les îles de la mer Égée, vient parler de relations de bon voisinage », a déclaré le ministre des Affaires étrangères en marge d’une rencontre avec son homologue égyptien, Sameh Soucri.

« Le pays qui occupe des territoires de pays étrangers, dont la République de Chypre, vient parler de sécurité et de compréhension des conditions en Méditerranée orientale », a-t-il souligné, ajoutant : « Ce que nous devons répondre, c’est que la Turquie ferait bien de respecter le droit international et de revenir le plus vite possible au moins dans l’espace de raison. »

« Les allégations spécifiques de la partie turque ont été entendues et répondues à de nombreuses reprises », a déclaré M. Dendias.

Lire aussi :  La victoire de Lula da Silva dans les sondages électoraux brésiliens

« Tout d’abord, la Grèce est un pays européen, qui respecte pleinement les droits de l’homme. Et bien sûr, les droits de la minorité musulmane. D’ailleurs, les chiffres le prouvent. La minorité musulmane en Grèce se développe, s’étend et prospère. Il serait bon que la Turquie réponde à la question de savoir ce qui est arrivé à la minorité grecque d’Istanbul et comment la minorité florissante de plus de 100 000 personnes a été réduite à 5 000 personnes. La Turquie n’a pas le droit de parler. »

  • TAYP ERDOGAN
  • TURQUIE
  • AEGEAN
  • MÉDITERRANÉE ORIENTALE
  • LES DÉFIS TURCS
  • GRÈCE-TURQUE
  • ONU
  • NEW YORK

Plus dans cette catégorie

La reine Elizabeth : Chevron gauche

La reine Elizabeth : « Je pensais qu’elle était vivante » – Ce qu’a dit l’homme qui a essayé d’ouvrir le cercueil. La Grande-Bretagne : Résultats positifs de la « semaine de quatre jours ».

La Grande-Bretagne : Bilan positif de la Chevron Droit

iEnergy

Πετρeλαι&omicron ; θeρμμανσης : Η ; tau ; iota ; mu ; or ; mu ; epsilon ; Epsilon ; &tau ; &eta ; &nu ; επιδouτησ&eta ; 0,20 λεπτa ανa λiτρ&omicron ;

06:22 – 21/09/2022

Huile de chauffage : Le prix avec une subvention de 0,20 cents par litre

Le prix du carburant sera réduit du prix du carburant au prix de 1,50 euros par litre. Epsilon ; είνα&iota ; πρoθυμ&eta ; ν&alpha ; πληρo;sigma;ε&iota ; gamma ; iota ; alpha ; tau ; omicron ; rho ; omega ; sigma ; iota ; kappa ; nu ; tau ; i;zeta ; epsilon ; lambda ;

06:41 – 21/09/2022

L’UE est prête à payer pour le diesel russe

Γερμανiα : Προ&sigmaf ?

06:48 – 21/09/2022

Allemagne : Vers une troisième nationalisation de l’entreprise énergétique

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire