L’annonce de Poutine : le monde l’attendait – La colère occidentale face au plan d’annexion

par Léo BOULANGER

Vladimir Poutine a laissé la communauté mondiale dans l’expectative. Alors que des rapports avaient laissé entendre que le président russe prononcerait mardi soir un discours sur les référendums qui seront organisés dans les territoires ukrainiens occupés, cela ne s’est jamais produit.

En fait, les médias russes ont rapporté que le discours serait prononcé mercredi matin. Cependant, jusqu’aux premières heures de la matinée, les raisons du report du discours n’étaient pas claires, mais les scénarios « s’échauffent ». Selon les analystes, l’événement pourrait servir à annoncer une mobilisation partielle en Russie.

Compte tenu de ce que le Kremlin a laissé entendre, il est très probable que M. Poutine annoncera la décision de la république russe d’accepter tout résultat des référendums dans le cadre de l’élection présidentielle. Donetsk, Lugansk, Kherson et Zaporizhzhya, procéder à l’annexion des régions.

Cette démarche politique intervient alors que la Russie a perdu, ces dernières semaines, des territoires gagnés au début de la guerre. Cependant, selon Indépendant, il y a des spéculations selon lesquelles Poutine annoncera de nouvelles mesures pour consolider sa stratégie militaire apparemment chancelante en Ukraine.

La seule certitude, cependant, selon les analystes britanniques, est que le retard du discours de Vladimir Poutine est « révélateur du chaos« .

Condamne la communauté mondiale

Pendant ce temps, la communauté mondiale s’empresse de condamner toute annexion de territoires et la tenue d’un référendum dans les territoires occupés.

La direction de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) (OSCE) a condamné hier mardi le projet des autorités pro-russes de quatre régions d’Ukraine d’organiser des référendums d’urgence pour rejoindre la Fédération de Russie, affirmant que tout vote de ce type constituerait une violation du droit international.

« Alors que la guerre consécutive à l’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie se poursuit, tout prétendu « référendum » planifié par ou avec le soutien des forces exerçant un contrôle de facto dans les régions occupées de l’Ukraine constituerait une violation des normes et obligations internationales en vertu du droit humanitaire international », a déclaré la direction de l’OSCE dans un communiqué de presse.

Lire aussi :  Emmanuel Macron : Il y aura de nouvelles sanctions contre la Russie

« Leurs effets n’auraient par conséquent aucun effet juridique », ajoute le document.

Message des États-Unis

La Russie subira des « conséquences plus graves » si elle procède à l’annexion de certaines parties du territoire ukrainien, a déclaré un haut responsable de la Commission européenne. Département d’État, alors que les autorités pro-russes de quatre régions se préparent à organiser des référendums précipités sur l’adhésion à la Fédération de Russie dans un contexte de contre-offensive ukrainienne.

« Nous avons clairement fait savoir qu’il y aura des conséquences plus importantes. Nous avons (…) un certain nombre d’outils à notre disposition », a déclaré le responsable du département d’État américain, selon l’agence de presse Reuters.

Le président russe Vladimir Poutine abandonnera ses « ambitions impériales », qui risquent de détruire à la fois l’Ukraine et la Russie, s’il reconnaît qu’il ne peut pas gagner la guerre qu’il a déclenchée le 24 février, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz.

« C’est pourquoi nous n’accepterons aucune paix dictée par la Russie, et c’est pourquoi l’Ukraine doit être en mesure de repousser l’agression de la Russie », a déclaré M. Solts dans son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies.

Ce que la chancelière allemande a appelé le retour de l’impérialisme avec la guerre de M. Poutine contre l’Ukraine est un désastre non seulement pour l’Europe mais aussi pour l’ordre mondial fondé sur des règles, a-t-il ajouté. Il a appelé l’ONU à la défendre contre ceux qui préfèrent un monde où « les forts imposent leur volonté aux faibles ».

« Resterons-nous des spectateurs inactifs alors que certains nous renvoient à un ordre mondial où la guerre est un moyen courant de politique, où les États indépendants sont contraints de s’intégrer à des voisins plus forts ou à des suzerains coloniaux, où la prospérité et les droits de l’homme sont le privilège de quelques chanceux ? »

Lire aussi :  Allemagne : 30% Union chrétienne - Les Verts poursuivent leur déclin

« Ou parviendrons-nous ensemble à garantir que le monde multipolaire du XXIe siècle le restera ? Ma réponse, en tant qu’Allemand et Européen, est la suivante : nous devons réussir.

Pour y parvenir, il faut donner aux pays du Sud davantage de possibilités d’intervenir dans les affaires mondiales, d’assumer des responsabilités plus importantes, a-t-il déclaré, en plaidant pour une réforme du Conseil de sécurité.

Depuis le début de la guerre, l’Occident est en concurrence avec la Russie pour son influence diplomatique.

M. Scholz a également annoncé que Berlin accueillerait une conférence sur la reconstruction de l’Ukraine le 25 octobre. Il a assuré que l’Allemagne aiderait le gouvernement de Kiev à faire face aux « coûts énormes » de la tâche de « reconstruction du pays ».

Le président de la Commission européenne Ursula von der Leyen a également condamné le projet des autorités pro-russes d’organiser des référendums dans quatre régions d’Ukraine, qu’elle a décrit comme une violation flagrante de la Charte des Nations unies par la Russie.

« Nous ne reconnaîtrons jamais la tentative de la Russie de légitimer l’occupation illégale et barbare des territoires ukrainiens », a déclaré Mme von der Leyen à l’agence de presse allemande.

« La tentative de modifier les frontières de l’Ukraine est totalement inacceptable et constitue une violation manifeste de la Charte des Nations unies, de l’indépendance de l’Ukraine, de sa souveraineté nationale et de son intégrité territoriale », a ajouté le chef de la Commission en marge de la 77e Assemblée générale des Nations unies à New York.

Le message de remerciement de Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a minimisé hier (mardi) l’importance des « référendums » qui devraient être organisés sur l’annexion de certaines parties du territoire ukrainien à la Russie, tout en se félicitant de la condamnation du projet par les chefs d’État occidentaux.

« Je remercie tous les amis et partenaires de l’Ukraine pour leur condamnation massive et ferme de l’intention de la Russie d’organiser le pseudo-référendum », a déclaré le chef d’État ukrainien lors de son discours hier soir.

Lire aussi :  NASA : Retrait de la fusée spatiale SLS en raison de l'ouragan Ian

Dans le même temps, il a minimisé l’importance de l’organisation urgente de ces « référendums ».

Il a évoqué des « nouvelles bruyantes en provenance de Russie », ajoutant « et alors ? Qu’est-ce qui est nouveau par rapport à ce qui a été dit auparavant ? »

« Notre position ne change pas en fonction du bruit de telle ou telle nouvelle », a ajouté M. Zelensky, pour qui l’objectif est de « maintenir la pression » sur la Russie. « Maintenons notre unité, protégeons l’Ukraine, libérons nos territoires et ne montrons aucune faiblesse », a-t-il ajouté.

Les autorités pro-russes de quatre régions ukrainiennes ont annoncé hier mardi qu’elles organiseraient des « référendums » urgents sur leur unification avec la Russie du 23 au 27 septembre, dans un contexte de contre-offensive ukrainienne.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré que « ces référendums fictifs ne sont pas acceptables ». Les États-Unis ont dénoncé le « simulacre » de consultation populaire. Le président français Emmanuel Macron a pour sa part dénoncé devant l’Assemblée générale de l’ONU le « retour à l’ère de l’impérialisme et des colonies », quelques minutes après avoir qualifié les référendums annoncés de « mascarade ».

Ces processus, sur le modèle de celui qui a officialisé l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée (sud) à la Russie en 2014, que Kiev et les Occidentaux ne reconnaissent pas, sont en préparation depuis des mois.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire