Il y a de la lumière mais dans l’espace : Un Américain et deux Russes à bord de la Station spatiale internationale

par Léo BOULANGER

Un astronaute américain et deux cosmonautes russes sont arrivés ce soir sur la Station spatiale internationale (ISS), lors d’une mission spatiale qui représente un rare moment de coopération entre Moscou et Washington en pleine guerre en Ukraine.

La fusée Soyouz a été lancée à 16 h 54 (GMT) depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, transportant vers l’ISS l’Américain Frank Rubio et les Russes Sergei Prokopiev et Dmitry Petelin. Environ trois heures plus tard, le Soyouz s’est amarré à la Station spatiale internationale, a annoncé l’agence spatiale américaine (NASA).

Le Soyouz s’amarre à l’ISS :

{https://twitter.com/NASASpaceflight/status/1572634524382822401}

La mission spatiale russo-américaine intervient à un moment où les relations de Moscou avec l’Occident sont au plus bas en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Signe d’une dangereuse escalade de la crise, le président russe Vladimir Poutine a déclaré ce matin un brouillon partiel et a menacé d’utiliser des armes nucléaires.

Frank Rubio est devenu le premier astronaute américain à voyager sur une fusée russe vers la station spatiale internationale depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

L’équipage passera six mois sur l’ISS où se trouvent actuellement les Russes Oleg Artemyev, Denis Matveyev et Sergei Korsakov, les Américains Bob Haines, Kiel Lindgren et Jessica Watkins et l’Italienne Samantha Cristoforetti.

ESPACE

L’ISS, fruit de la coopération entre les États-Unis, le Canada, le Japon, la Russie et l’Agence spatiale européenne, est divisée en deux sections : l’américaine et la russe. Pour se maintenir en orbite, il dépend du système de propulsion russe tandis que la partie américaine gère l’alimentation électrique et les systèmes de survie.

Lire aussi :  Medvedev insiste : la Russie a le droit d'utiliser des armes nucléaires si nécessaire.

Anna Kikina, la seule cosmonaute russe en activité, doit partir pour l’ISS début octobre à bord d’une fusée Crew Dragon de la société américaine SpaceX. Elle sera la première femme à voler sur une fusée de la société du milliardaire Elon Musk.

Yuri Borisov, chef de l’agence spatiale russe (Roscosmos), a déclaré aujourd’hui qu’il est très probable que la Russie rejoigne le programme de la station spatiale internationale (ISS) d’ici 2028. La Russie, qui a fait connaître son intention de quitter la station spatiale internationale et d’en construire une elle-même, semble prête à prolonger au-delà de 2024 l’accord conclu avec les États-Unis pour des missions conjointes vers l’ISS si les trois premières sont couronnées de succès.

ESPACE

Les experts de l’espace estiment que la construction d’une nouvelle station spatiale pourrait prendre plus de 10 ans, et l’industrie spatiale russe, la « fierté » de Moscou depuis l’époque de l’URSS, ne pourrait pas faire face au projet sous le régime des sanctions.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire