Londres : Des manifestants réclament « justice » pour un homme noir tué par des tirs de la police

par Léo BOULANGER

Des dizaines de personnes ont défilé devant le siège de Scotland Yard hier (samedi) pour demander « justice » pour la mort d’un homme noir abattu par un officier de police, un incident qui a ramené le racisme dans le débat au sein des forces de police de Londres.

Chris Campa, 24 ans, a été abattu le 5 septembre par un policier dans le sud-ouest de Londres alors qu’il était poursuivi par une voiture de police. Le jeune homme, qui n’était pas armé, a été blessé et est décédé le soir même à l’hôpital où il avait été transporté.

Sa famille a demandé une enquête pour homicide involontaire, se demandant si Chris Kampa serait mort « s’il n’avait pas été noir ».

Hier, les manifestants ont réclamé « justice » pour Kampa.

« Il n’était pas armé. Alors pourquoi on lui a tiré dessus ? Pourquoi l’ont-ils tué ? Il allait être père. Son fils va grandir sans son père, pourquoi ? » a déclaré Chris Simbia, un écrivain, qui s’est dit dévasté par cette « injustice ».

Selon la police, une voiture portant la plaque d’immatriculation du véhicule de Kaba a été impliquée dans un incident impliquant des armes à feu les jours précédents.

L’officier qui a tiré sur le jeune a été suspendu, et le service des affaires internes de la police a ouvert une enquête pour homicide, précisant qu’il cherche à savoir si le fait que la victime soit noire a joué un rôle dans l’issue de l’incident.

Mais la famille de Kaba a exprimé sa colère car cette enquête peut prendre jusqu’à neuf mois.

En 2020, l’arrestation par la police londonienne de l’athlète noir Ricardo Dos Santos, de sa compagne et de leur bébé, au milieu des manifestations de Black Lives Matter, a fait scandale.

Lire aussi :  Terreur en Iran : arrestations massives de manifestants, de militants et de journalistes

Elle a conduit à une enquête majeure sur le racisme dans la police de Londres.

L’ancien chef de Scotland Yard, Crescinda Dick, a démissionné en février après que le ministère de l’Intérieur a publié un rapport faisant état de comportements racistes, misogynes et discriminatoires de la part de membres des forces de police.

Source : APE-MPA

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire