L’Iran « bout » : les femmes brûlent leur foulard, se coupent les cheveux après la mort de Mahsha Amini

par Léo BOULANGER

L’affaire de Masha Amini, 22 ans, arrêtée par la « police des mœurs » et battue si sauvagement qu’elle est morte à l’hôpital, prend des proportions énormes en Iran.

Son faux pas ? La jeune femme de 22 ans a été accusée par les autorités de tenue indécente lorsque son hijab est brièvement tombé et que ses cheveux ont été montrés.

L’ordre est assuré par la milice Basij, qui est chargée de faire respecter le strict code vestimentaire islamique.

L’incident a suscité de graves protestations en Iran. Depuis lundi, date à laquelle a débuté la vague de manifestations de solidarité de femmes brûlant leur foulard et se coupant les cheveux, au moins cinq personnes sont mortes.

Deux des personnes ont été tuées lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants dans la ville de Shakez, d’où était originaire Amini, a déclaré sur Twitter le groupe de défense des droits de l’homme Hengaw.

Selon les médias internationaux, ces protestations sont les plus graves qui se soient produites en Iran depuis de nombreuses années.

Masha Amini était originaire d’une province du Kurdistan, dans le nord de l’Iran, où la vague de soutien a commencé, mais s’est rapidement étendue à de nombreuses villes, dont Techeran, Mashhad, Hamadan et Tabriz.

À Arak, des étudiantes ont scandé le slogan suivant « Je tuerai ceux qui ont tué ma soeur ».

Des vidéos publiées sur les médias sociaux montrent des manifestants se précipitant sur des policiers qui tentent de disperser le rassemblement.

{https://twitter.com/dpatrikarakos/status/1572282574780895232}

{https://twitter.com/FridaGhitis/status/1572350814882267137}

{https://twitter.com/GEsfandiari/status/1572268954684653571}

Des manifestations de soutien à Masha Amini ont également lieu dans d’autres pays comme l’Allemagne, la Suisse, la Turquie.

Lire aussi :  Macron : Éviter de dire que nous sommes du bon côté de l'histoire

Ce que dit la police

La police, pour sa part, a déclaré que la jeune femme de 22 ans s’est sentie mal et s’est effondrée dans une salle du poste de police où elle était détenue avec d’autres femmes qui avaient été arrêtées par la police des mœurs.

Le commandant de la police de Téhéran, Hossein Rahimi, a qualifié la mort d’Amini d' »incident malheureux », exprimant l’espoir qu’il ne se reproduira pas.

Cependant, le père de la jeune femme a nié à plusieurs reprises que sa fille avait des problèmes médicaux sous-jacents, ajoutant qu’il avait vu des bleus sur ses jambes. Il tient la police responsable de sa mort.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire