La Russie : Des jeunes fuient pour échapper à la conscription – Des scènes incroyables à la frontière avec la Géorgie

par Léo BOULANGER

D’énormes files d’attente se sont formées à la frontière entre la Russie et la Géorgie, des centaines de Russes tentant de quitter le pays après la conscription partielle décrétée par le président russe.

La décision de Poutine d’activer au moins les réserves pour commencer a incité de nombreux jeunes Russes à vouloir quitter la Russie pour éviter la conscription.

Dès la mi-journée de mercredi, les billets d’avion se sont vendus en un clin d’œil. Peu après, une interdiction de quitter le pays a été ordonnée et des affrontements entre civils et forces de police ont éclaté dans les rues de Moscou.

Selon les derniers rapports, plus de 1 300 personnes dans un total de 38 villes russes.

{https://youtu.be/CEqoy_3eqsM}

Les photos de jeunes tentant de traverser la frontière ont également suscité l’intérêt de l’opinion publique. dérision des Ukrainiens pour leur lâcheté et pour ne pas s’être assis pour défendre leur patrie.

Irina Volk, responsable du ministère russe de l’Intérieur, a déclaré, dans un communiqué cité par les agences de presse russes, que les autorités avaient mis un terme à ce qu’elle a appelé les efforts civils pour mener à bien, de petites démonstrations.

« Dans certaines régions, il y a eu des tentatives d’actions non autorisées qui ont attiré un nombre extrêmement faible de participants », aurait déclaré Volk.

« Tout cela s’est arrêté. Et les personnes qui ont violé les lois ont été arrêtées et emmenées dans les commissariats de police pour enquête et détermination des responsabilités. »

Sommaire

L’opposition appelle à des manifestations

Le mouvement d’opposition Vesna a appelé à des protestations, déclarant : « Des milliers d’hommes russes, nos pères, nos frères et nos maris, seront mis dans le broyeur à viande de la guerre. Pour quoi vont-ils mourir ? Que pleureront les mères et les enfants ? »

Le bureau du procureur de Moscou a averti que l’organisation ou la participation à des manifestations peut entraîner une peine de prison allant jusqu’à 15 ans. Les autorités ont déjà émis des avertissements similaires lors d’autres manifestations. Mercredi, il s’agissait des premières manifestations anti-guerre à l’échelle nationale depuis le début des combats, fin février.

Des journalistes de l’Agence France-Presse dans le centre de Moscou a déclaré qu’au moins 50 personnes ont été arrêtées par la police dans une rue commerçante principale.

Sur St. Petersburg, Les journalistes de l’Agence française ont vu des policiers entourer un petit groupe de manifestants et les arrêter un par un, avant de les faire monter dans un bus. Les manifestants ont scandé « Pas de conscription ! ».

Témoignages de manifestants

« Tout le monde a peur. Je suis pour la paix et je ne veux pas avoir à tirer. Mais sortir maintenant est très dangereux, sinon il y aurait beaucoup plus de monde », a déclaré le manifestant Vasily Fedorov, un étudiant portant un symbole pacifiste sur la poitrine.

« Je suis allé au rassemblement avec l’intention de m’y joindre, mais il semble qu’ils aient déjà arrêté tout le monde. Ce régime s’est condamné lui-même et détruit sa jeunesse », a déclaré Alexei, un résident de 60 ans qui a refusé de donner son nom de famille.

Lire aussi :  Ukraine : Kiev répondra à la conscription russe par le recrutement et les étudiants

« Pourquoi servez-vous Poutine, un homme qui est au pouvoir depuis 20 ans ! », a crié un jeune manifestant à un officier de police.

« Je suis venue pour dire que je suis contre la guerre et la conscription », a déclaré à l’Agence France-Presse Oxana Sidorenko, une étudiante. « Pourquoi décident-ils de mon avenir à ma place ? J’ai peur pour moi, pour mon frère », a-t-elle ajouté.

Voir les photos et la vidéo :

{https://twitter.com/nexta_tv/status/1572683859216728066}

{https://twitter.com/nexta_tv/status/1572725744647950336}

{https://twitter.com/mariamgegu/status/1572630652952129536}

{https://twitter.com/AlexKokcharov/status/1572622789277896711}

{https://twitter.com/Helpful_Hand_SA/status/1572621725208088579}

Les pays baltes ferment leurs frontières aux Russes

Les pays baltes, membres de l’Union européenne, la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie, sont limitrophes de la Russie, n’abritera pas les Russes qui veulent éviter la conscription, ont déclaré les ministres des affaires étrangères des trois pays.

« Le refus d’exercer ses fonctions politiques en Russie ou le désir de ne pas le faire n’est pas une raison suffisante pour se voir accorder l’asile dans un autre pays », a commenté le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Reinsalu dans un courriel envoyé à Reuters.

Sur Twitter, le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, a invoqué des raisons de sécurité pour justifier ce refus. Le ministère lituanien de l’Intérieur a précisé que chaque demande d’asile serait examinée individuellement.

Les trois pays et la Pologne ont commencé à refouler les citoyens russes à leurs frontières lundi à minuit, au motif qu’ils ne peuvent pas voyager alors que leur pays est en guerre avec l’Ukraine. Les dissidents russes demandant l’asile dans l’UE, les chauffeurs routiers, les réfugiés, les personnes résidant de manière permanente dans les pays de l’UE et celles qui souhaitent rendre visite à des proches sont exemptés de l’interdiction.

Lire aussi :  Zelensky : Nous avons libéré des dizaines de communautés dans l'est après la pseudo-referenda.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire