Iran : 6ème jour de la « révolution des femmes » – répression brutale et rapports faisant état de plus de 30 morts.

par Léo BOULANGER

Les protestations se poursuivent sans relâche dans les rues d’Iran après l’attaque meurtrière des autorités qui a coûté la vie à Mahsa Amini, 22 ans. La raison : elle ne portait pas correctement son foulard et la brigade des mœurs, après l’avoir arrêtée, l’a battue. Elle est tombée dans le coma et a rendu son dernier soupir peu après.

Depuis ce moment, les femmes de différentes villes, principalement dans l’Iran kurde, sont descendues dans la rue pour protester contre les violations des droits de l’homme commises par le cruel régime théocratique iranien, brûlant les symboles de l’oppression, ses foulards, et se coupant les cheveux.

Des manifestations et des affrontements meurtriers avec la police ont éclaté dans les villes d’Iran, malgré les efforts des autorités pour limiter la propagation des manifestations, allant même jusqu’à « bloquer » l’accès à la ville. Instagram et le WhatsApp pour empêcher la diffusion des images et des vidéos.

« Suite à une décision des responsables, il n’est plus possible d’accéder à Instagram depuis mercredi soir dernier, tandis que l’accès à WhatApp connaît également des problèmes », rapporte Fars. La mesure a été prise en raison des « actions des anti-révolutionnaires contre la sécurité nationale sur les médias sociaux », a-t-il expliqué.

iran2

Depuis plusieurs jours, la répression est brutale. Jusqu’à présent, au moins 30 décès dans les « rues de feu », selon les médias iraniens et rapportés par l’Agence France-Presse.

Le groupe londonien de surveillance de l’internet NetBlocks a tweeté mercredi soir que les réseaux de téléphonie mobile étaient en panne et limitaient largement l’accès à Instagram et Whatsapp.

Lire aussi :  Méga-séisme au Mexique : Le moment où la magnitude 7,6 frappe (Voir vidéo, photos)

Depuis lundi soir, l’accès à l’internet a été presque totalement interrompu dans certaines parties de la province du Kurdistan, dans l’ouest de l’Iran, et des coupures régionales ont été observées dans d’autres parties du pays, notamment à Sanandai et à Téhéran. Le ministre iranien des Communications a prévenu qu’il pourrait y avoir des coupures d’Internet. « pour des raisons de sécurité et des discussions liées aux événements récents », comme le rapporte l’agence de presse semi-officielle ISNA du pays.

{https://twitter.com/partizanGreece1/status/1572687961291997188}

{https://twitter.com/AlinejadMasih/status/1572612569545818116}

{https://twitter.com/HichkasOfficial/status/1572367802564227073}

iran4

30 morts jusqu’à présent

Les agences de presse iraniennes ont rapporté aujourd’hui que sept manifestants et quatre membres des forces de sécurité ont été tués jusqu’à présent.

Selon Amnesty International, certains ont été abattus directement par les forces de sécurité, a indiqué Amnesty, citant des sources en Iran.

Elle a ajouté que les récits des témoins oculaires et l’analyse des vidéos montrent un modèle :

« Les forces de sécurité iraniennes lancent de manière illégale et répétée des boulettes de métal directement sur les manifestants. »

{https://twitter.com/HabibKhanT/status/1572814985180610560}

{https://twitter.com/HichkasOfficial/status/1572684590220824576}

{https://twitter.com/Elaheh_Horizon/status/1572869018448711681}

Comme le rapporte CNN, un témoin oculaire d’un quartier oriental de Téhéran a déclaré Les manifestants scandent « Mort au dictateur ».Nous tuerons celui qui a tué ma sœur », en référence au meurtre de Mahsha.

Vidéos de démonstrations à travers le pays montrent des personnes détruisant des affiches du Guide suprême et des femmes brûlant leur hijab et se coupant les cheveux en signe de défi symbolique au régime théocratique.

CNN a contacté la police et les Gardiens de la révolution iraniens, qui ont été rejoints par la « police anti-émeute » à Téhéran mercredi soir, pour obtenir des commentaires. Ils n’ont fait aucune déclaration sur les manifestations ou sur la façon dont les autorités chargées de l’application de la loi ont géré les manifestations.

Lire aussi :  Rasmussen contre Macron : Sa diplomatie en Ukraine est désastreuse

Des militants et des dirigeants internationaux ont également exprimé leur inquiétude face aux manifestations et à la répression brutale.

Le père de Mahsa Amini se déchaîne

Son père, Amjad, a déclaré à BBC Persia que les autorités iraniennes ont menti sur la mort de sa fille, Mahsa Amini.

Les médecins, selon lui, ne l’ont pas laissé voir le corps de son enfant. « Ils mentent. Tout est un mensonge. J’avais beau supplier, ils ne voulaient pas me laisser voir sa fille », a déclaré Amini.

« Je n’ai aucune idée de ce qu’ils ont fait à ma fille. » ajoute-t-il, précisant que le corps de Mahsa lors de ses funérailles était entièrement recouvert, à l’exception de ses jambes et de son visage.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire