Quelle est la durée d’une crise en cas de colopathie fonctionnelle ?

par Rose Lemoine

Le colon est un organe de l’appareil digestif qui se trouve entre l’intestin grêle et le rectum. Au nombre des diverses pathologies pouvant affecter le colon figure la colopathie fonctionnelle. Encore appelée syndrome du côlon irritable, cette affection provoque des crises caractérisées par des douleurs abdominales, des nausées, des palpitations, des maux de tête, des troubles urinaires, etc. Lorsque vous souffrez d’une colopathie fonctionnelle, il peut être important de connaître le temps des crises de cette maladie. Découvrez dans cet article la durée d’une crise de colopathie fonctionnelle.

Qu’est-ce que la colopathie fonctionnelle ?

La colopathie fonctionnelle, aussi nommée syndrome du côlon, irritable est une maladie chronique due à dysfonctionnement au niveau du côlon, communément appelé gros intestin. Elle se manifeste le plus souvent par des douleurs abdominales, ballonnements, diarrhées et cas de constipation. D’autres symptômes comme la fatigue, les maux de tête et les douleurs diffuses entre autres peuvent aussi accompagner ce souci de santé.

La colopathie fonctionnelle est une affection très fréquente, touchant environ une personne sur quatre en France. En particulier, les femmes ainsi que les personnes présentant des troubles de l’anxiété sont les plus concernées. Nonobstant sa bénignité, le syndrome de l’intestin irritable peut influer sur le quotidien de la victime en raison de ses crises pouvant durer longtemps et créer des gênes.

Pour diagnostiquer la maladie, il faut avoir noté la douleur abdominale, mais aussi au moins deux de ces signes :

  • Un soulagement lorsque le patient va à la selle ;
  • Les selles qui changent de consistance et de forme ;
  • La variation de la fréquence des selles.
Lire aussi :  Calcium : Les quantités dont vous avez besoin et ce que vous devez savoir sur les compléments alimentaires

Quels sont les examens médicaux en cas de colopathie fonctionnelle ?

Combien de temps durent les symptômes de la colopathie fonctionnelle ?

Les mécanismes de la colopathie fonctionnelle ne sont pas maîtrisés par la plupart des personnes. Les symptômes les plus constants sont principalement les douleurs abdominales, les ballonnements abdominaux et les troubles du transit intestinal.

La douleur abdominale ou colite se caractérise par des spasmes qui apparaissent généralement après avoir mangé. Elle peut durer plusieurs heures et s’étendre jusqu’à plusieurs jours. Le patient peut ressentir un soulagement après émission d’excréments ou de gaz. Les douleurs abdominales peuvent être violentes et atteindre le dos ainsi que les cuisses.

Les ballonnements abdominaux ou le météorisme abdominal sont généralement accompagnés de bruits provoqués par des gaz. L’abdomen se voit ballonné et les vêtements serrés à la taille accentuent les crises. Les troubles du transit intestinal peuvent quant à eux être des diarrhées ou de la constipation.

Ces différents signes s’associent donc pour se manifester à travers des crises engendrées par les contractions de l’intestin grêle et du côlon. Si ces contractions sont trop fortes, le patient ressent de fortes douleurs abdominales et souffre de la diarrhée. Si elles sont faibles, le patient souffrira plutôt de constipation. Pour qu’une colopathie fonctionnelle soit déclarée, les crises doivent durer plus de 15 jours successifs et perdurer durant les 3 derniers mois. Par ailleurs, cette affection alterne des périodes de crise et d’accalmie.

Quels sont les examens médicaux en cas de colopathie fonctionnelle ?

Un simple examen médical suivi d’un interrogatoire adapté permet généralement de poser le diagnostic de syndrome de l’intestin irritable. Une période d’observation de quelques semaines peut aussi être nécessaire pour déterminer les caractéristiques des crises, notamment la durée. Si nécessaire, le médecin pourra orienter le patient vers un diététicien-nutritionniste pour mettre en place un régime alimentaire qui permettra d’améliorer le confort de vie.

Lire aussi :  Les vaccins contre le coronavirus peuvent réduire de manière significative le risque de COVID long - Étude

Il peut être nécessaire de réaliser des examens complémentaires dans certaines circonstances. C’est notamment le cas lorsque :

  • Le patient maigrit, souffre de fièvre et présente du sang dans les excréments.
  • Les symptômes se manifestent après un voyage ;
  • Les symptômes se manifestent après 50 ans ;
  • Les symptômes surviennent durant la nuit ;

Des examens tels que la coloscopie, l’analyse des excrétions, le bilan sanguin ou l’échographie abdominale pourront alors être effectués.

Articles similaires

5/5 - (1 vote)

Laissez un commentaire