De Churchill à Elizabeth : Le voyage subversif d’un observateur à travers les « funérailles nationales » de la Grande-Bretagne.

par Léo BOULANGER

Lundi matin, le cercueil de la Reine Elizabeth sera transporté à l’abbaye de Westminster où ses funérailles auront lieu à 11h00 (heure locale, 13h00 GMT).

Il s’agit des premières « funérailles nationales » à être organisées en Grande-Bretagne depuis celles de Winston Churchill en 1965.

Quelque 2 000 invités, dont des centaines de dirigeants mondiaux, de dignitaires et de lauréats anonymes, assisteront à la cérémonie.

Il s’agira de l’événement le plus important que la police londonienne ait eu à surveiller, a-t-il été annoncé. Encore plus grand que les Jeux olympiques de 2012.

La précédente couverture médiatique d’un « deuil national », telle que rapportée par l’Observer, remonte au décès de la reine Victoria, le 2 février 1901, lorsque la moitié du monde de l’époque a « touché » le cercueil avec admiration.

Ce jour était important car la reine Victoria de Grande-Bretagne se rendait à sa dernière demeure après 63 ans de règne.

tso

Cependant, un « enterrement national », se produit rarement en Grande-Bretagne et doit être expliqué à chaque génération. La procession et son déroulement sont toujours mystérieux.

Pendant des siècles, l’abbaye de Westminster à Londres a été le lieu de sépulture des rois et des reines, mais la chapelle Saint-Georges a été le lieu de repos final de presque tous les monarques britanniques depuis le roi George III, décédé en 1820.

Les funérailles de Sir Winston Churchill ont été les plus récentes « funérailles nationales » au Royaume-Uni, et l’une des rares à être organisées pour des personnes n’appartenant pas à la famille royale. Le corps de Churchill a reposé en chapelle ardente à l’abbaye de Westminster pendant trois jours et 321 360 personnes ont fait la queue sur un kilomètre pour le voir.

obse

Le cortège funèbre a commencé par une sonnerie de Big Ben et a été mené par le rythme des tambours de la Royal Navy. Le char d’assaut transportant le cercueil de Churchill, drapé du drapeau de l’Union, était escorté par des gardes à pied et des aviateurs de la Royal Air Force, qui tenaient leurs fusils en position de combat.

Lire aussi :  Allemagne : l'Oktoberfest revient après deux ans d'absence due à la pandémie

La cérémonie à la cathédrale Saint-Paul a réuni 3 500 personnes en deuil, dont la reine Elizabeth II, qui assiste rarement aux funérailles. Des milliers de personnes se pressent dans les rues de Londres pour assister aux funérailles de Churchill et des millions d’autres les suivent à la télévision.

tso2

Après la cérémonie, le cercueil de Churchill est placé sur un bateau qui, via la Tamise, est conduit à la gare de Waterloo. L’ancien Premier ministre a effectué son dernier voyage en train spécial, le Winston S. Churchill, jusqu’à sa dernière demeure dans l’Oxfordshire.

Malgré le froid, 321 360 personnes ont fait la queue pour voir le cercueil de Churchill alors qu’un « ciel gris et froid créait une toile de fond mortelle pour le rituel du matin » avant que « l’encombrant chariot transportant le cercueil de la reine Victoria ne transporte le sien, emporté par l’habileté des marins ».

Les « funérailles nationales » exigent que le chariot transportant le cercueil soit tiré par des marins de la Royal Navy à l’aide de cordes, et non de chevaux. Ils sont également supervisés par le comte-maréchal (Edward Fitzalan-Howard, 18e duc de Norfolk), tandis que les « funérailles cérémonielles » sont organisées par un officier de la famille royale.

tso1

En 1965, l’Observer explique le rôle du 17e duc de Norfolk, alors Bernard Marmaduke Fitzalan-Howard, en tant qu' »architecte en chef » des cérémonies de Churchill : « Ce petit homme timide avec ses petits yeux bouffis était un maréchal des logis. Il n’avait que 27 ans lorsqu’il a organisé le couronnement de George VI ».

Les grandes figures nationales telles que Diana, la princesse de Galles, la reine mère, Margaret Thatcher et, il y a un an, le duc d’Édimbourg ont toutes été des « funérailles cérémonielles ».

Lire aussi :  Iran : Un footballeur proteste en se rasant la tête en direct (Vidéo)

Au printemps 1910, lors des funérailles d’Édouard VII, le corps du roi est conservé dans la salle du trône du palais de Buckingham à la demande de la reine Alexandra, « qui, dans son grand chagrin, souhaitait rester aussi longtemps que possible dans la pièce où il était mort ».

tso3

À la mort de Churchill, le troisième programme de la BBC a joué « un morceau orchestré pour l’occasion ».

En février 1952, l’écrivain Patrick O’Donovan, de l’Observer, a décrit les funérailles du père de la défunte reine dans la chapelle St George : « Il y avait les hérauts qui arpentaient l’allée, des messieurs âgés dans des manteaux brillants qui n’étaient rien d’autre que des hourds pour l’affichage des armes royales. »

L’ancien Premier ministre Lord Atle, qui est arrivé aux funérailles « arrêté sur un bâton », a également écrit pour l’Observer. Dans sa célèbre pièce The King I Knew, il a déclaré que George VI avait « de la chance de ne pas être né pour succéder au trône ».

Le cortège funéraire de la Reine Elizabeth minute par minute

Un porte-parole du Palais royal a publié le calendrier qui sera suivi pour les multiples cérémonies qui auront lieu lundi. Le rituel entier prendra 13 heures !

Le pèlerinage populaire s’achèvera lundi matin à 8h30 (heure locale), puis le corps de la reine Elizabeth sera transporté à l’abbaye de Westminster.

Les portes de l’abbaye de Westminster s’ouvriront à 10 heures, car l’église accueillera les gens trois heures avant le début du service funèbre, à 13 heures.

À 12h35, Elizabeth sera emmenée par le même carrosse qui a transporté sa mère et son père à leur dernière demeure, et arrivera à 12h52.

Les funérailles commencent à 13 heures.

Lire aussi :  Nouvelle lettre de la Turquie à l'ONU - contestation de la souveraineté grecque sur les îles

Le son de l’hymne « The Last Post » retentira à 13h55 à la fin du service, suivi d’un silence national de deux minutes.

À 14 h 15, les enfants de la Reine et les membres de la famille royale marcheront derrière son cercueil dans l’arche de Wellington alors qu’elle quittera l’abbaye de Westminster avant d’être emmenée à Windsor pour reposer aux côtés de son mari bien-aimé, le prince Philip.

Le corbillard arrivera à Long Walk à 17h15, où le public pourra faire ses adieux à la Reine.

Le cortège, déjà formé, suivra le corbillard dans l’enceinte du château.

Le prochain service aura lieu à la chapelle Saint-Georges, à Windsor, et débutera à 18 heures, lundi après-midi. Environ 800 personnes y assisteront en personne.

Le roi Charles III répandra de la terre sur le cercueil de sa mère à 21h30 lors de la cérémonie d’inhumation de la reine, qui se tiendra en privé parmi les membres de la famille royale.

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire