« Admonitions » de la Chine et de l’Inde à Poutine pour une désescalade en Ukraine

par Léo BOULANGER

Même ses alliés semblent faire pression sur Vladimir Poutine pour qu’il mette fin à la guerre en Ukraine. La Chine a été la première à exprimer ses « questions » et ses « préoccupations » concernant la situation en Ukraine après la rencontre entre M. Poutine et le dirigeant chinois Xi Jiping, jeudi à Samarkand. Le Premier ministre indien a également déclaré vendredi dans un communiqué que « l’heure n’est pas à la guerre ».

Les doutes de la Chine.

Le président russe lui-même a admis jeudi que Xi Jinping avait des « questions » et des « préoccupations » concernant la guerre en Ukraine.

Cette reconnaissance par Pékin est une tournure d’événements extrêmement significative, puisque la Chine était l’un des premiers alliés de la Russie et que, jusqu’à présent, elle n’a pas condamné ouvertement et catégoriquement l’invasion russe en Ukraine.

Lors de la rencontre entre M. Poutine et M. Jiping, jeudi à Samarkand, le président russe a déclaré qu’il appréciait beaucoup « la position équilibrée de nos amis chinois à l’égard de la crise ukrainienne. »

« Nous comprenons vos questions et préoccupations à cet égard, et lors de la réunion d’aujourd’hui, nous expliquerons en détail notre position sur cette question, bien que nous en ayons déjà parlé par le passé », a ajouté M. Poutine, selon l’agence de presse russe TASS.

Pékin a d’ailleurs refusé de faire la moindre déclaration publique sur l’Ukraine jeudi. Les deux hommes se sont rencontrés en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en Ouzbékistan.

Pékin a toutefois cité le soutien de Poutine à Taïwan dans sa déclaration. « Xi a félicité la Russie pour le respect du principe d’une seule Chine et a souligné que Taïwan faisait partie de la Chine », a-t-il ajouté.

Lire aussi :  Borel : Le meurtre de Mahsa Aminy doit faire l'objet d'une enquête et les responsables doivent répondre de leurs actes.

Les relations avec Moscou obligent Xi à maintenir l’équilibre. S’il voit la valeur de la Russie en tant qu’alliée contre les États-Unis et l’OTAN, il ne veut pas s’aliéner Washington ou l’UE au point de devoir faire face à des sanctions ou à d’autres problèmes économiques parce qu’il est considéré comme contribuant à l’effort de guerre russe.

« L’heure n’est pas à la guerre », déclare le Premier ministre indien.

Après les doutes exprimés par la Chine et le Premier ministre indien, qui tend à tourner le dos à la Russie, Narendra Modi a ouvertement critiqué la guerre en Ukraine, affirmant qu’elle appartient à une autre époque.

« Je sais que l’ère d’aujourd’hui n’est pas celle de la guerre », a déclaré le Premier ministre indien à Poutine lors de la même réunion à Samarcande. « Nous vous avons déjà parlé de nombreuses fois au téléphone à ce sujet, à savoir que la démocratie, la diplomatie et le dialogue – ces choses aident le monde. Dans les prochains jours, nous aurons l’occasion de parler de la manière d’avancer sur le chemin de la paix, j’aurai également l’occasion de mieux comprendre votre point de vue. »

Lors de la rencontre avec Modi, Poutine a déclaré : « Je connais votre position sur le conflit en Ukraine, les préoccupations que vous exprimez constamment. Nous ferons tout pour que cela cesse le plus vite possible. »

La Chine et l’Inde sont les principaux bénéficiaires du régime de sanctions des États-Unis et de l’Union européenne contre le pétrole russe, que Pékin et New Delhi achètent de plus en plus au rabais. Mais si Poutine avait espéré que ces alliés apporteraient à sa guerre un soutien militaire et politique plus important, il semble probable qu’il sera déçu. Ni la Chine ni l’Inde ne veulent être piégées par les contre-mesures occidentales.

Lire aussi :  Lekas : La faille qui "expose" les bâtiments de Taïwan

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire