Selon de nouvelles recherches, le comportement altruiste se manifeste dans une partie du cerveau différente de celle où l’on s’entraide.


Des scientifiques de l’université de Birmingham et de l’université d’Oxford ont identifié une zone du cerveau responsable du comportement altruiste dont font preuve certaines personnes.

Une compréhension plus précise de ce qui se passe dans le cerveau lorsque ces décisions sont prises pourrait aider les cliniciens à développer des approches pour traiter les comportements psychopathiques. Elle pourrait également être utile pour mieux comprendre pourquoi les gens sont prêts à faire du bénévolat, à contribuer au recyclage des déchets pour ralentir le réchauffement climatique ou à aider des inconnus.

Plus d’informations sur Onmed.gr