Dans le « collimateur » d’Erdogan et des médias turcs, les États-Unis pour les F-16 et Alexandroupolis

par Léo BOULANGER

Recep Tayyip Erdogan a une nouvelle fois exprimé son mécontentement à l’égard des États-Unis concernant le soutien apporté à la Grèce en matière de F-16.

Le président turc se plaint que les États-Unis donnent des chasseurs à la Grèce, établissent des bases, mais qu’en même temps, dans le cadre de l’Union européenne, ils n’ont pas le droit d’en faire autant. Turquie imposer des sanctions.

Recep Tayyip Erdogan a menacé que si les Washington ne fournit pas de F-16 à Ankara, elle se tournera vers d’autres solutions, à savoir la fourniture de chasseurs provenant éventuellement de l’Union européenne. La France ou la Russie, comme il l’avait déclaré quelques jours plus tôt.

« Entre deux pays amis, il est tout à fait erroné, dans une approche politique, d’imposer des sanctions à la Turquie sur la question de l’immigration clandestine. F-16. Monsieur. Biden m’a promis le résolution de l’affaire »a déclaré, dans une interview accordée à la chaîne de télévision PBS, Tayyip Erdogan, comme le rapporte le correspondant de SKAI à Istanbul, Manolis Kostidis,

« Que ferons-nous si nous n’obtenons pas le résultat que nous souhaitons des États-Unis concernant les F-16 ? Nous prendrons soin de nous. Donc vous allez donner à la Grèce toutes sortes de soutien pour les F-16, vous créerez bases là-bas, mais vous ne donneriez pas ce soutien à un pays ami comme la Turquie en OTAN et dans un pays qui fournit toutes sortes de soutien à l’OTAN ? Nous sommes dans les cinq premiers pays. Dans ce cas, le travail de la Turquie est de s’occuper d’elle-même. Sinon, nous n’avons aucun problème avec l’Amérique », a-t-il déclaré.

Lire aussi :  Référendum en Suisse sur les droits des poulets, des porcs et des vaches

Sur sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine et le président de l’Iran Ebrahim Raisi qui est un « drapeau rouge » pour les États-Unis, le président turc a déclaré que « personne ne me dira qui je vais rencontrer ».

« Nous n’appartenons ni à l’Ouest ni à l’Est.. Une grande partie de notre pays appartient géographiquement à l’Est. Inévitablement, nous pouvons nous retrouver dans une situation où nous nous lançons dans des activités différentes », a-t-il déclaré.

Au même moment, il a tiré des coups de feu sur UE et a souligné qu’Ankara ne serait pas tenu pour responsable : « L’Union européenne nous gardera pendant 52 ans, elle ne nous laissera pas la rejoindre et ensuite elle nous dira « pourquoi avez-vous rencontré celui-là, pourquoi avez-vous vu l’autre ? ». A plus tard. Je rencontrerai et lorsque nous aurons ces réunions, nous ne serons pas responsables devant l’Union européenne à ce stade… Je rencontrerai M. Poutine et M. Xi et M. Modi. »

Cumuhuriyet : Jeu déloyal des Etats-Unis à Alexandroupoli

Dans le même temps, la presse turque se déchaîne également contre les États-Unis, avec des scénarios extrêmes qui se poursuivent. Le journal d’opposition Cumuhuriyet dans sa première page accueille un article intitulé « Jeu sale des États-Unis à Alexandroupoli ».

Dans ce document, les analystes expriment leur inquiétude au sujet de la base américaine de l’Union européenne. Alexandroupoli et affirment qu’il y a des indications que les États-Unis essaient d’amener la Grèce dans une conflit avec la Turquie, même pour un jour.

Poursuivant ce récit, le document note que la Turquie ne sera pas vaincue dans ce conflit éventuel, mais qu’elle souffrira… de grands dommages politiques, économiques et militaires.

Lire aussi :  Merkel et Poutine : "Ne prenez pas ses paroles pour du bluff".

Articles similaires

Noter cet article

Laissez un commentaire